L’UQTR ET CULTURE MAURICIE LANCENT UN LIVRE SUR LES NON-PUBLICS DE LA CULTURE

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Trois-Rivières, le 2 février 2021 – Fruit de multiples et judicieuses collaborations entre l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), des chercheurs du Québec et de la France et des professionnels du milieu culturel régional, le livre « Non-publics de la culture – Six institutions culturelles de la Mauricie à l’étude » a fait l’objet d’un lancement virtuel coprésenté aujourd’hui par l’UQTR et Culture Mauricie.

Réalisé dans le cadre de l’entente « Savoir c’est dans ma culture », cet ouvrage paru aux Presses de l’Université du Québec présente les résultats d’une recherche empirique dirigée conjointement par Jason Luckerhoff, professeur titulaire en communication et culture et Marie-Claude Lapointe, professeure agrégée au Département d’études en loisir, culture et tourisme, tous deux à l’UQTR. En collaboration avec Éric Lord, directeur de Culture Mauricie, ceux-ci ont convenu en 2012 de l’intérêt et la pertinence d’étudier les non-publics de la culture d’une même région, pour tenter de comprendre les causes qui en font un « public non pratiquant », « empêché » ou « écarté » d’une offre accessible. Ainsi, six organismes culturels mauriciens ont été sollicités par Culture Mauricie pour participer à un projet de recherche partenarial. Parmi ceux-ci, on compte le Comité de protection des œuvres d’Ozias Leduc, le Musée POP (autrefois le Musée québécois de culture populaire), le Salon du livre de Trois-Rivières, la Maison de la culture de Trois-Rivières, Ciné-campus Trois-Rivières et le FestiVoix de Trois-Rivières.

Pour animer les entretiens et analyser les données, Marie-Claude Lapointe et Jason Luckerhoff ont ensuite placé leur confiance en Olivier Champagne-Poirier, un étudiant amorçant alors son parcours doctoral en communication. Les informations recueillies par ce dernier au cours d’entretiens effectués auprès de 466 participants ont donné naissance à six chapitres, ceux-là mêmes qui composent le présent ouvrage. Pour son travail de thèse brillamment élaboré, Olivier Champagne-Poirier s’est valu la mention « exceptionnel » qui n'est décernée qu'à 2 % des meilleurs.

Pour Marie-Claude Lapointe, directrice du chantier, « ce projet de recherche a été l’occasion d’améliorer les relations entre l’UQTR et le milieu culturel. Depuis 2012, nous avons vu le nombre d’initiatives conjointes augmenter sensiblement ». Le directeur général de Culture Mauricie, Éric Lord, est pour sa part heureux de constater les impacts concrets de ce projet de recherche : « Certaines institutions ont procédé à un changement de nom, d’autres ont modifié leur axe de communication ou leur positionnement. Des lieux ont été réorganisés et des initiatives concrètes pour développer les publics à partir des résultats de cette recherche ont été réalisées ».

Le livre Non-publics de la culture – Six institutions culturelles de la Mauricie à l’étude est en vente à la librairie l’Exèdre, la librairie Poirier et la COOP UQTR, mais aussi en versions papier et numérique via le site de référence sur les non-publics de l’UQTR, accessible à cette adresse : uqtr.ca/nonpublicsculture. Cette plateforme fait aussi valoir le chantier de recherche qu’ont mené les codirecteurs du projet au cours des dix dernières années et met à la disposition des responsables d’établissements culturels, des chercheurs et du public une liste des références du livre, des liens vers des textes disponibles sur le web, ainsi que des entrevues et des vidéos avec des chercheurs et des partenaires du projet. Soulignons la collaboration de l’éditorialiste du Nouvelliste, Martin Francoeur, qui a réalisé une entrevue vidéo avec Olivier Champagne-Poirier. Les internautes y trouveront aussi le lancement du livre en rediffusion.

- 30 -


Source :
Nathalie Girard
Coordonnatrice aux communications
Culture Mauricie
info@culturemauricie.ca
Suivez-nous!  Web | Facebook | Youtube | Twitter | Spotify |  Instagram


#