Isabelle Clermont / Fleuve, portée, être

©Isabelle Clermont, Rosé de douceur, estampe numérique, 40 x 30 pouces, édition de 5, 2019

Installation, porcelaine et création sonore

L'exposition d'isabelle Clermont qui avait cours au Centre d'exposition Raymond-Lasnier a été annulée en raison du passage en zone rouge de la ville de Trois-Rivières. Heureusement, cette vidéo laisse une trace pour apprécier un moment l'univers onirique de cette artiste interdisciplinaire. 



Dans le continuum de son univers, Fleuve/Portée/Être est une incursion au cœur d’une expérience sensible où la démarche relationnelle et installative de l’artiste Isabelle Clermont est mise de l’avant. Transparence et lumière prennent place pour transmettre une sensation délicate de suspension, de respiration et de rythme.

Elle met en espace les états relatifs à l’âme humaine et au corps, passant par les tissus, l’estampe, la sculpture et la musique de création. Dans le perceptible de l’audible, il y a ces voix d’où émergent d’impénétrables profondeurs, des rencontres qui nous transforment pour toujours avec bonheur, bienveillance et délicatesse. Oscillations de textures sonores portées de confidences. Une immersion à travers des fragments de mémoire, de jardin floral et de terre/mer. Les ressacs du fleuve et des fleurs deviennent, ici, des vecteurs de contemplation, de sensations, d’expériences, d’unité et de réception.  Plonger en eux, être vivifié et renouvelé par la matière. Geste végétal. Repos. Échos de la mer jusqu’au ciel en passant par la douceur des turquoises, écrus, roses et beiges. Du lever au coucher du soleil, modeler l’argile et la cristalliser jusqu’à la porcelaine. Estampage de dentelles et tissage de nouvelles partitions contemplatives. Recherche d'un équilibre.

Une invitation à la reconnexion, en douce écoute pour voir plus profondément et sentir autrement les substances mondes qui nous entoure. Une exposition d’envergure mettant l’accent sur la singularité de façonner son ÊTRE. Être fleuve. Être nuage. Être fleur. Être lieu pour se confondre avec le paysage.

http://www.isabelleclermont.com/


#