Découvrabilité : Wikipédia, Wikidata et données liées

La découvrabilité. Un mot qui se retrouve sur toutes les lèvres dans le secteur culturel depuis quelques années. En quoi consiste la découvrabilité exactement? Selon le Grand dictionnaire terminologique, il s’agit du potentiel pour un contenu, un produit ou un service de capter l'attention d'un internaute de manière à lui faire découvrir des contenus autres. On peut y lire également la note suivante : L'emploi, notamment de métadonnées, d'algorithmes de recherche, de mots-clés, d'index, de catalogues augmente la découvrabilité d'un contenu, d'un produit ou d'un service.

Un vaste sujet qui a été abordé lors du Forum Avantage Numérique par Jean-Robert Bisaillon, analyste sénior au pôle culture et numérique chez Espaces Temps et co-directeur du LATTICE (Laboratoire de recherche sur la découvrabilité et les transformations des industries culturelles à l’ère du commerce électronique) dans un atelier de type workshop intitulé «Activer la découvrabilité selon les principes de communs numériques».

Le LATTICE a également développé sa propre définition : 

Alors que pour plusieurs, la découvrabilité pourrait s’exprimer simplement par une rédaction web incluant les bonnes pratiques SEO (optimisation pour les moteurs de recherche) ou encore une présence soutenue et récurrente sur le web et les médias sociaux, la découvrabilité, au sens où on l’entend, va au-delà de cette perspective. Bien que non exclue, la découvrabilité se déploie au-delà de ce qui est visible sur le web. On parle plutôt de construire des données structurées, ouvertes et liées pour que le contenu soit repérable par les moteurs de recherche et lisible par les robots. Ici, entre en piste la notion de métadonnées, autrement dit les données qui documentent ou décrivent un contenu.

Lire l'article au complet sur Avantage Numérique

 


#