Envisager une démarche de mutualisation


objectifs

  •  S’approprier le concept de mutualisation et en comprendre les étapes;
  •  Repérer les tâches et/ou expertises au sein de votre organisation pouvant être mutualisées;
  • Identifier des partenaires potentiels et amorcer une démarche de mutualisation. 


contenu

On entend toutes sortes de choses à propos de la mutualisation. Qu’est-ce que cela signifie au juste ? Il s’agira d’abord de comprendre les principaux concepts clés que l’on associe à la mutualisation, avant de cerner les questions incontournables comme « Pourquoi, comment et quoi mutualiser ? ». Après avoir pris connaissance des étapes d’une démarche type et de quelques exemples de projets de mutualisation, un atelier pratique permettra d’expérimenter quelques-unes de ces étapes. L’exercice servira à faire apparaître concrètement les petits obstacles à considérer, mais aussi à explorer rapidement des opportunités de collaboration inattendues.

clientèle

Organismes culturels (OBNL, coop, entreprise privée), artistes et entrepreneurs culturels.

biographie

George Krump évolue dans le secteur culturel depuis près de trente ans. Après des études en théâtre, il a œuvré pendant une quinzaine d’années comme comédien, auteur, traducteur, avant de se consacrer à la gestion culturelle, à la consultation et à la recherche. Comme gestionnaire, il a occupé des postes de direction générale pour des compagnies de création et de production en théâtre et en danse et aussi pour un diffuseur pluridisciplinaire. Ces dernières années, il a réalisé plusieurs mandats au sein de la firme DAIGLE/SAIRE, ainsi que pour diverses organisations culturelles et des artistes — des mandats liés au développement culturel ou professionnel, au patrimoine, aux enjeux de ressources humaines, à la planification stratégique, aux synergies créées entre organisations qui collaborent ou mutualisent des ressources.

Rachel Billet s’intéresse aux modèles innovants d’organisation des arts vivants depuis le début de sa maitrise Métiers des arts et de la culture (Université Lyon 2) en 2007. Sa recherche de fin d’études sur l’écosystème de la danse contemporaine à Montréal l’amène à rejoindre les membres de La 2e Porte à Gauche de 2010 à 2016, et assurera la Direction générale de l’organisme les trois dernières années. En parallèle, elle a exercé pendant six ans au sein de cellules administratives de plusieurs organismes et a assuré des mandats de consultation ponctuels auprès de nombreux artistes. En 2006, elle met sur pied la Machinerie des arts dont elle assure maintenant la direction générale. Inspirée par la théorie de l’Acteur-réseau et la force des collaborations, elle œuvre à soutenir les artistes dans leurs développements professionnels.

Cette formation est offerte à un coût réduit de 80% grâce à la collaboration de la direction régionale de Services Québec.