Mars 2017

LE ROMAN PHARE

Le roman possède cette double capacité d’être régulièrement  le miroir de la société, de l’être humain et quelquefois de transcender son époque pour anticiper l’avenir. C’est ainsi que naissent de temps à autre des romans cultes, ceux qui  soulèvent des interrogations existentielles  ou sociétales d’une génération et dont on peut en tirer un enseignement qui ne faiblit pas avec le passage du temps.  Récemment, Odile Tremblay dans un article du Devoir intitulé « La littérature à la rescousse du réel » résumait admirablement bien ce fait en parlant de la résurrection du roman culte 1984 de Georges Orwell publié en 1949. Celle-ci illustrait  son propos à partir du fait que ce livre à l’étude  n’avait plus  aux dires d’un enseignant déçu, la cote auprès de ses étudiants du secondaire. Ironiquement, ce sont ces mêmes jeunes qui pourtant sont soumis aux diktats de Facebook et de son envahissement dans la sphère privée et qui subissent  le contrecoup de l’étendue des technologies de surveillance. Au diable, Big Brother,  “On est tannés de se faire dire qu’on est surveillés tout le temps. On n’en a rien à foutre. Et si on est heureux comme ça, nous autres ?”

// Lire la suite

#