Juin 2016

REBELLES

Dans un contexte où il y a confusion entre le droit à la diffamation et le droit d’expression, où l’austérité et la rigueur administrative sont devenues synonymes, où l’ouverture au monde et la reconnaissance de soi sont en concurrence, où la démocratie et le « tripotage » politique se confondent et où le bien commun est remplacé par la consommation et la surexploitation des biens, le monde de la culture doit se ressaisir, reprendre la parole, cesser d’être à la solde des producteurs, des faiseurs d’images, de cette industrie du conformiste, de la bonne entente, de cette uniformisation de la culture trop souvent anglophone. // Lire la suite

#