Avec (de) la CREM SVP

Non, je ne viens pas de me commander un café. C’est mon souhait pour l’année 2013. Je nous souhaite un milieu culturel dans lequel il y a une Cellule régionale d’expertise en muséologie, une « CREM » bien vivante, pour nos musées. Rappel des faits. En 2008, devant son incapacité financière à soutenir les besoins des musées, le ministère de la Culture et des Communications lançait trois projets pilotes pour doter certaines régions de ces fameuses cellules qui ont pour but de mener des actions collectives pour le développement de nos musées. L’idée est bonne et basée sur un bon vieux principe : l’union fait la force. Une action collective bien articulée vaut mieux que 32 petites initiatives sans moyen. Déjà bien implanté en Mauricie et au Centre-du-Québec, le regroupement Médiat-Muse fut désigné pour porter l’un de ces projets.

Les résultats sont éloquents et les projets s’enchaînent rondement : une démarche structurée pour rejoindre les clientèles scolaires, une exposition collective, le projet Aînés au musée, une application mobile, et bien plus encore. Mais voilà que, selon le ministère, la situation financière du Québec ne nous permet plus de poursuivre cette initiative porteuse. Quoi! Ne vient-on pas d’annoncer que le budget de la culture a augmenté de 2 %? Oui, bien sûr, mais la réalité vécue dans le milieu est toute autre. Cette augmentation ne fait que répondre aux besoins financiers de la Maison symphonique de Montréal et ils sont grands. Pour le reste, c’est le statu quo budgétaire. Et qui dit statu quo, dit diminution des sommes disponibles pour soutenir le milieu culturel. Pourquoi? Les charges financières pour soutenir les structures du ministère continuent d’augmenter au rythme de l’inflation et des obligations des conventions collectives. Alors, il n’y a pas de magie, il en reste moins pour faire le travail, le gouvernement doit se désengager. Une des premières victimes de cette situation pourrait bien être les CREM.

Il serait extrêmement dommage et surtout très bête de sacrifier une initiative collective qui fonctionne si bien à l’autel de la rigueur budgétaire. Au contraire, en temps dur, ce type d’initiative devrait se répandre comme une traînée de poudre. Nous devrions multiplier cette approche dans toutes les régions du Québec ainsi que dans d’autres secteurs d’activité. Une CREM pour nos événements? Pourquoi pas. La formule est « gagnant-gagnant » pour tous, organismes, gouvernements et citoyens.

Alors plusss de CREM SVP. Merci.

Éric Lord
Directeur général
Culture Mauricie