Au matin du 4 novembre

Nous y voilà enfin. Après des mois de rumeurs, d’évaluation des forces en présence, de déclaration d’intention, de positionnement stratégique et tactique, la campagne électorale municipale entre avec le mois d’octobre dans son heure de vérité. Dans toutes les municipalités de la Mauricie, l’ensemble des candidats, parés de leurs plus beaux plumages, sont prêts à répandre leur bonne parole et à nous vanter leurs visions et leurs propositions.

Moment clef de la vie démocratique, les élections municipales ont une influence très concrète sur le milieu de vie des citoyens. Alors, au cours des 5 prochaines semaines, ceux-ci vont devoir se faire une opinion à travers leur propre perception, mais aussi à travers le miroir déformant des médias où le contenu sera trop souvent évacué au profit de l’exacerbation des oppositions. Au bout du compte, le programme des candidats devra être le juge de paix au moment de se forger une intime conviction dans le bureau de vote.

Dans ce flot quotidien d’information où chaque candidat va effectuer une danse du ventre pour nous convaincre de l’efficacité de ses idées, la culture doit prendre une place prépondérante. Pas seulement comme un passage obligé ou une belle décoration destinée à mettre de la couleur sur un programme sérieux, responsable et gris mais véritablement comme un secteur qui contribue fortement au développement d’une ville ou d’une municipalité.

Au cours des dernières années, Culture Mauricie n’a cessé de rappeler l’importance fondamentale du développement culturel dans la construction d’une région prospère. De nombreuses municipalités de la région ont d’ailleurs misé avec raison sur le fait culturel pour bonifier leur offre touristique et offrir un milieu de vie favorable pour attirer les investisseurs. D’autre part, sans attendre le soutien de leur ville, de nombreux artistes et organismes culturels ont travaillé d’arrache-pied pour faire de la Mauricie une région créative et innovante. Force est de constater qu’aujourd’hui tous ces efforts n’ont pas été vains et que les résultats sont là. En effet, en Mauricie, de récentes données reprises dans le rapport de la Table de diversification économique indiquent que le secteur culturel a connu une augmentation de 37 % de sa contribution au PIB lors des 10 dernières années. Cette donnée est d’autant plus significative que le Québec a connu une augmentation de seulement 24 % pour la même période. Ces données ont d’ailleurs convaincu les membres de la Table de diversification de privilégier ce secteur porteur dans les efforts pour diversifier l’économie de notre région.

On en est là. Même si c’est un fait trop méconnu, le secteur de la culture est un levier stratégique de développement économique par les nombreux produits, emplois, entrepreneurs et entreprises culturelles qu’il génère. Les candidats en lice et les électeurs doivent prendre conscience que le secteur culturel est un pôle d’excellence et qu’il est indispensable de parier sur les éléments forts d’une région pour se développer.

Dans ce contexte, Culture Mauricie va jouer au cours des prochains jours son rôle de porte-parole du milieu, auprès des futurs élus, mais surtout auprès des citoyens, à travers un travail de sensibilisation et de propositions concrètes. L’objectif est d’inviter l’électeur à apporter son soutien aux candidats et candidates qui auront des propositions structurantes pour accompagner la croissance de ce secteur-clé. Pour qu’au matin du 4 novembre, nos municipalités se réveillent en ayant voté CULTURE.

Thomas Grégoire
Directeur adjoint, responsable marketing, communication et partenariat, Festivoix
Vice-président, représentant à la commission Arts de la scène | Organismes, entreprises ou collectifs d'artistes
Culture Mauricie