Juin 2015


JE ME SOUVIENS

T’en souviens-tu, Godin
astheure que t’es député
t’en souviens-tu
de l’homme qui frissonne
qui attend l’autobus du petit matin
après son chiffre de nuit
t’en souviens-tu des mal-pris
qui sont sul’bien-être
de celui qui couche dans la neige
des trop vieux pour travailler
qui sont trop jeunes pour la pension
des mille métiers, mille misères
l’amiantosé, le cotonisé
le byssinosé, le silicosé
celui qui tousse sa journée
celui qui crache sa vie
celui qui s’arrache les poumons

Lire la suite

#