OSER LA PAROLE


En cette période d’austérité, les mots et la parole se conjuguent à l’encre rouge. On pourrait certes encore et encore critiquer la décision du gouvernement Couillard d’abolir l’instance régionale des Conférences régionales des élus avec notamment la probable disparition du Programme pour les arts et les lettres et ses effets dramatiques pour notre milieu littéraire. La Société des écrivains de la Mauricie de même que bon nombre d’écrivains ont pu concrétiser au fil des ans des projets significatifs et une prise de parole publique grâce à l’existence de ce programme.

En dépit de ce vent qui nous frappe de plein fouet, nous avons la chance d’avoir en Mauricie des assises au souffle et au tonus assez puissants pour poursuivre debout notre chemin. C’est là que réside l’essentiel de notre force. Les mots sont lumière, et pourquoi ne pas mettre en surbrillance l’importance de Culture Mauricie et de ses partenaires du milieu du livre, qui l’automne dernier parrainaient une rentrée littéraire sous le thème «à caractère mobile» dévoilant un calendrier d’activités révélateur du dynamisme de notre milieu. Ce même organisme conviait en février les différents intervenants de la chaîne du livre à poser un diagnostic régional sur notre littérature et à dégager des enjeux prioritaires. Tous se sont entendus sur la nécessité de concentrer nos énergies sur le rayonnement régional et sur l’accessibilité au livre d’ici. Notons en ce sens, les efforts déployés par la Société des écrivains de la Mauricie (SEM) pour diffuser dans les librairies des autocollants «AUTEURS D’ICI» . Il fût également convenu que la création d’un poste d’agent de liaison assurant la communication entre les différents partenaires (bibliothèques, éditeurs, libraires, auteurs, municipalités, etc.) contribuerait fortement à l’essor du milieu.

La SEM, une des rares associations regroupant des auteurs régionaux encore en place au Québec, mérite également sa place sous les feux des projecteurs. Pour preuve, voici les activités et les projets pour l’année en cours: Les Midis littéraires, en partenariat avec le Salon du livre, reprennent leurs rencontres en mars, la SEM dévoilera en juin les lauréats(es) du prix littéraire Clément-Marchand dont elle est le maître d’œuvre depuis 36 ans, elle participera à la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur le 23 avril. Des ateliers littéraires dans la région de Shawinigan devraient permettre de mettre en évidence nos auteurs de littérature jeunesse.

Toutefois, l’événement marquant de cette année sera incontestablement la réalisation du projet innovateur « Une pluie de livres ». Notre littérature bénéficiera d’une visibilité d’une ampleur encore inédite. Le dévoilement des grandes lignes de ce projet qui se déroulera pendant 8 semaines à l’été sera dévoilé prochainement. Notons au passage que ce projet a obtenu le soutien financier de la Conférence régionale des élus de la Mauricie.

La prise de parole est plurielle, rarement à bout de silence. Le Salon du livre de Trois-Rivières avec sa thématique Oser la parole, accueillera du 26 au 29 mars une pléiade d’invités et d’auteurs qui sauront vous prouver l’audace et la puissance des mots.

Monique Parent, auteure
Administratrice, représentante à la commission Littérature | Individus
Culture Mauricie 

Julie Brosseau
Directrice générale, Salon du livre de Trois-Rivières
Trésorière, représentante à la commission Littérature | Organismes, entreprises ou collectifs d'artistes
Culture Mauricie