Récits de Draveurs

« Au-delà du temps, les mots pourront continuer de raconter les flots dangereux de la rivière Saint-Maurice, la chaleur des machines, la camaraderie des gars de chantier durant les froides nuitées d’hiver… Il est capital que le travail de générations d’hommes soit mis en lumière comme un hommage à leur contribution immense et silencieuse à notre histoire ».

Dimanche 17 septembre, le projet Columbo 2017 – La Rive des Bâtisseurs s’associe au Musée Boréalis de Trois-Rivières pour la tenue d’une journée mémoire consacrée aux draveurs. À cette occasion, plusieurs intervenants seront réunis afin de rendre hommage à ces travailleurs du passé : un ancien draveur nous partagera son vécu à travers les forêts e les rivières de la Mauricie, tandis que trois artistes nous présenterons leurs oeuvres, un bas-relief en pierre et deux films qui s’approprient les vestiges de cette première ère agroforestière.

L’exploitation de la forêt mauricienne débute de manière significative au cours des années 1820 quand plusieurs entrepreneurs, comme l’américain Truman Kimpton ou l’anglais William Price, décident de s’implanter dans la région. Pendant plus de 150 ans, la drave restera le moyen de transport privilégié pour ce vaste territoire. Le Musée Boréalis – ancienne usine de filtration de la Canadian International Paper (C.I.P.) – est un parfait exemple du tournant qui s’effectue au début du XXe siècle avec les débuts de la production industrielle de pâtes et papiers.

Entrée libre et gratuite
Date / heure : Dimanche 17 septembre 2017 à 14 h 00
Lieu : Musée Boréalis – Centre d’histoire de l’industrie papetière
200, avenue des Draveurs, C.P. 368, Trois Rivières (Québec), G9A 5H3

Conférenciers invités
Arnold Fay, ancien draveur sur la rivière Saint-Maurice
Catherine Lampron-Desaulniers, technicienne à la recherche et aux collections du Musée Boréalis
Isabelle Regout, artistesculpteure d’une oeuvre d’art commémorative sur la drave
Martine Chartrand, artiste-réalisatrice d’un court métrage d’animation sur la drave
Simon Rodrigue, réalisateur de documentaires sur les travailleurs forestiers.

Informations :
Marie-Élise Louges
Chargée de communication et relations publiques / Projet Columbo 2017
(514) 651-7072 ou info@abcstrategies.com

Catherine Lampron-Desaulniers
Technicienne à la recherche et aux collections / Boréalis
(819) 372-4614 poste 5106 ou clampron-desaulniers@v3r.net

PRÉSENTATION DES CONFÉRENCIERS

ARNOLD FAY   // Natif d’Almaville (aujourd’hui devenu le secteur de Shawinigan-Sud), Arnold Fay connaît les rivières et les forêts de Mauricie comme personne. En 1947, dès l’âge de 17 ans, il commence à draver sur la rivière Saint-Maurice. Les billots fournissaient alors plusieurs usines papetières : La Tuque, Grande-Mère, Shawinigan et Trois-Rivières. Deux années plus tard, Anorld Fay intègre la compagnie de flottage du
Saint-Maurice, dans la baie de Shawinigan. Il travaille alors pendant douze années à construire des piliers d’ancrage et à rassembler des estacades, ces « sacs de billots » tirés par bateaux-remorqueurs. Une fois à la retraite, et toujours passionné par son métier, il s’est lancé le défi de reproduire chaque type d’embarcations utilisées pour le flottage du bois. Au total, une vingtaine de maquettes ont été réalisées et sont maintenant exposées au Centre d’interprétation de la rivière Saint-Maurice au parc de la petite rivière Bostonnais, à La Tuque.

CATHERINE LAMPRON-DESAULNIERS // Titulaire d’une maîtrise en études québécoises, Catherine Lampron-Desaulniers fait partie de l’équipe du Musée Boréalis depuis son ouverture. D’abord animatrice, elle est maintenant en charge de la recherche et des collections du musée. Au cours des dernières années, elle a collaboré aux différents projets d’expositions, de publications et de recherches au sein de l’équipe de la diffusion du patrimoine. Véritable passionnée d’histoire industrielle, elle connaît sa collection «sur le bout des doigts» et aime rencontrer d’anciens travailleurs prêts à lui raconter leurs 1001 souvenirs ! C’est donc tout naturellement que Catherine Lampron-Desaulniers est responsable des collectes de témoignages vivants.

ISABELLE REGOUT // Artiste spécialisée en peinture sous verre et en sculpture sur pierre volcanique. Parmi ses réalisations, elle a été artiste émissaire pour le Canada aux Jeux Olympiques de Londres (2012), artiste déléguée lors de symposiums à l'étranger et encore récemment, gagnante de deux concours d’intégration des arts à l’architecture de la Ville de Gatineau. Elle est d’ailleurs la première, au Québec, à permettre à la peinture sous verre d’accéder à l’art public. Elle possède deux brevets enregistrés (Office de la propriété intellectuelle du Canada) et ses oeuvres ont été exposées en France (Musée des beaux-arts de Chartres), en Angleterre (London Museum), en Belgique, en Allemagne et aux États-Unis.

MARTINE CHARTRAND // Née à Montréal, Martine Chartrand obtient un baccalauréat en arts visuels à l’Université Concordia en 1986 et un certificat en enseignement des arts à l’UQAM en 1988. Elle est peintre-cinéaste. Elle réalise en 1992, un premier film d’animation à l’ONF, T.V Tango, gagnant de plusieurs prix internationaux. En 2000, elle réalise son deuxième film d’animation à l’ONF, Âme noire/Black Soul. Ce film retrace de larges pans de l’Histoire des peuples noirs et remporte 23 prix internationaux, dont le prestigieux Ours d’Or de Berlin en 2001. Son troisième film, MacPherson, animé en peinture sur verre, s'inspire de cette célèbre chanson de Félix Leclerc. Il décroche le Prix du meilleur court métrage et le Prix du public pour le meilleur court métrage canadien au Festival des films du monde de Montréal 2012. Martine Chartrand donne aussi des conférences, des classes de maître et des ateliers d'animation en peinture sur verre dans les collèges et universités de divers pays.

SIMON RODRIGUE // Réalisateur du documentaire Hommes-des-Bois : Bûcherons de chantier (2012), Simon Rodrigue poursuit depuis plusieurs années une étude sur le patrimoine forestier québécois. Passionné par les enjeux identitaires, il a parcouru le Québec, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick afin de recueillir de nombreux témoignages d’anciens travailleurs de l’industrie des pâtes et papiers qui forment la base de son dernier documentaire, Quand ferme l’usine. Dans le but de compléter une trilogie documentaire sur l'exploitation forestière, il effectue présentement des recherches pour réaliser un film-hommage aux anciens draveurs du St-Maurice.

https://www.facebook.com/events/497408660620100