Des casiers à saveur littéraire à l'école St-Viateur d'Amos

Les élèves des classes de 5e et de 6e année de l'école Saint-Viateur d'Amos auront des casiers à saveur littéraire pour la rentrée.

Le projet est d'abord né dans la tête de l'éducatrice spécialisée Christyne Demers, qui travaille avec les élèves du 3e cycle, après avoir vu un projet de murale sur des casiers sur Internet.

«Elle m'a suggéré de faire ça avec les membres du conseil des élèves dans la salle des casiers des élèves de 5e et de 6e année. J'ai tout de suite proposé l'idée à mon directeur Pierre (Roy), qui a accepté après avoir vérifié les formalités avec la Commission scolaire Harricana», raconte Annick Coulombe, qui enseigne en classe d'enseignement adapté.

Les incontournables

L'idée a continué de cheminer et mûrir dans la tête de l'enseignante, qui a décidé d'impliquer le plus gens possible dans le projet, plutôt que de le limiter aux 13 élèves membres du Conseil (un représentant par classe). Avec l'aide de l'éducatrice spécialisée Linda Tessier, elle a mis sur pied le projet tel qu'il sera finalement réalisé.

«J'ai informé mes collègues de 5e et de 6e année que les casiers allaient être repeints. Je leur ai demandé d'identifier avec leurs élèves les titres de leurs lectures préférées, les incontournables des 9-12 ans. Les sept classes, y compris la mienne, ont dressé une liste», explique Annick Coulombe.

Les élèves de l'école Saint-Viateur ont mis la main au pinceau dans ce projet. ©gracieuseté

Place à la peinture

Puis, les élèves de chacune des classes ont été invités à peindre les portes des casiers en février dernier et pendant la semaine de relâche. Plusieurs élèves ont alors mis la main au pinceau. En fait, sablages, mesures et peinture étaient au programme pendant trois grosses journées. En tout, 90 casiers ont ainsi peint. Restait à inscrire les titres sur chacun des casiers.

«J'ai commencé à faire les lettrages à la fin du mois de juin. C'était plus compliqué que je croyais. Il fallait travailler à la verticale. La peinture se manipulait difficilement. J'ai donc fait les lettrages seule, pendant mes vacances d'été, afin que les élèves aient une salle des casiers toute neuve pour la rentrée!», souligne fièrement Annick Coulombe.

Source : Martin Guindon, L'Écho Abitibien, Le Citoyen

 

http://www.lechoabitibien.ca/actualites/societe/2017/8/27/des-casiers-a-saveur-litteraire-a-l-ecole-st-viateur-d-amos.html