PERSPECTIVES 2017 : Culture culture, découvre-toi

Bon, vous connaissez le mot de l’heure en culture : la « découvrabilité ». Si ce nouveau « buzzword » ne vous dit rien, prenez quelque minutes et lisez les ennuyeuses lignes qui suivent… Les publics n’ont jamais été exposés à une offre culturelle aussi abondante. En quelques clics, les productions culturelles et artistiques de la planète sont accessibles à tout moment et en tous lieux… ou presque. La modernité et Internet n’ont toujours pas atteint mon chalet, mais bon, enfin, vous comprenez l’idée. Alors que tous croyaient que nos propres productions culturelles seraient elles aussi facilement accessibles au public d’ici et d'ailleurs dans le monde, la réalité s’est révélée de manière bien différente. Nos productions sont véritablement noyées dans un océan et deviennent à toutes fins pratiques invisibles ici comme ailleurs. Les productions, en majorité américaines, propulsées par des algorithmes pernicieux, prennent toute la place. Le nouveau défi : faire sa place dans l’univers numérique, se faire voir, se faire entendre, se faire découvrir, donc la « découvrabilité ». Rien de nouveau sous le soleil me direz-vous. Certes, mais l’enjeu se pose aujourd’hui à la puissance dix et les règles du jeu ont changé. En fait, elles n’arrêtent pas de changer.

C’est avec cette toile de fond que Culture Mauricie entame 2017 et entend bien accompagner le milieu pour faire face à ces nouveaux paradigmes. Tout d’abord, nous avons sur la table de travail l’organisation d’un grand rendez-vous au début juin que nous appelons Culture inc2. INC à la 2 pour innovation numérique en commercialisation culturelle. Un événement à ne pas manquer où nous ferons appel aux meilleurs spécialistes du Québec pour nous outiller et nous inspirer afin de prendre le virage numérique sans risque de se retrouver dans le décor. Mais avant cela, tradition oblige, nous mettrons en lumière l’excellence artistique de notre région avec la 18e édition de l’événement Arts Excellence. Une bonne vieille recette qui a fait ses preuves qui permet de faire découvrir les productions d’ici à notre public. Toujours dans cet esprit, nous entendons poursuivre notre démarche pour soutenir la commercialisation des produits culturels d’ici. Une idée qui semble d’abord toute simple, mais qui se complexifie plus le temps et les technologies avancent. Quoi qu’il en soit, nous espérons une structure et un projet pilote porteur en cours d’année qui se concrétiseraient en 2018.

Deux autres projets complémentaires verront le jour en 2017 en collaboration avec des partenaires de la région. D’une part, nous mettrons en branle la phase II du projet Opération Paysage Mauricie. Une initiative qui nous a permis l’an dernier d’identifier des paysages patrimoniaux partout sur les territoires avec l’aide de la population. Puis, nous nous attaquerons à l’enjeu du financement privé… Hoooo! En collaboration avec les villes de Trois-Rivières, de Shawinigan et du ministère de la Culture et des Communications, nous développerons un modèle de financement mutualisé. Encore une fois, facile à dire, mais pas si simple à faire. Nous devrons mettre à profit beaucoup de matière grise et de matière jaune (la partie créative du cerveau). Des ressources heureusement abondantes en Mauricie.

Tous ces beaux projets intercalés par les sottises quotidiennes du président Trump, l’année 2017 ne risque pas d’être ennuyeuse.

Éric Lord
Directeur général
Culture Mauricie