Auchu, Claudette


Biographie

Claudette Auchu est née à Shawinigan et a fait ses études musicales classiques pour obtenir un Lauréat en musique de l'Université Laval de Québec et un baccalauréat en musique de l'Université de Montréal, orgue et piano.

Boursière du « Camp des Jeunesses musicales » après quelques années de concerts classiques, elle réalise le peu de débouché s offerts au pays à cette époque comme pianiste de concert. Elle découvre par le biais de la télévision, Liberace, et se sent attirée par le domaine populaire. Elle relève donc le défi de s'y créer un nom.

Elle parcoure donc la province, surtout à l'orgue, pour animer des soirées dans les hôtels, fait de la musique pour la danse pour le spectacle six soirs par semaine pendant des années.

Ce nom, Claudette Auchu, fut surtout connu du public pour la première fois depuis qu'on l'a vue et surtout entendue jouer de l'orgue au centre de la piste du Centre Paul-Sauvé à l'occasion des SIX JOURS CYCLISTES DE MONTRÉAL et ce, pendant plusieurs années. Elle a côtoyé les Severyn, Terruzi, Van Steingurger et autres héros du cyclisme des années 60.

Le monde sportif l'ayant adopté, on la retrouve en 1969 à l'invitation de David Molson, comme organiste du FORUM DE MONTRÉAL lors des joutes de hockey. Cet événement déclenchera une vague de popularité sans précédent puisque lors de ces événements, elle crée le style musical qui a depuis été copié à travers toute l'Amérique et l'Europe par les organistes de ce genre d'événement.

Elle connaît tellement de succès qu'elle est en demande pour animer plusieurs événements sportifs, tels que les joutes de football pour LES ALOUETTES DE MONTRÉAL à l'Autostade, les soirées de boxe, de lutte, de corrida, au Forum de Montréal en plus des six jours cyclistes, elle anime des soirées de boxe au Centre Sauvé entre autres le combat légendaire Mélo-Marcotte à l'Aréna de Verdun, le Moto-Cross au Stade olympique et les grandes soirées de cyclisme au Vélodrome de Montréal. On la demande aussi pour animer les grands Salons de Montréal, une vogue des années 70 entre autres, le Salon de la femme, le Salon du meuble et bien d'autres.

Entre temps, elle enregistre huit disques et parcoure le Québec pour en faire, avec succès, la promotion et son enregistrement de « Mon oncle Médé » jusqu’à aujourd’hui, tourne à la radio le Jour de l’An.

Puis, elle fait un changement de cap, passant de l’orgue au piano qu’elle avait un peu mis de côté suivant une mode. Elle anime des soirées-cocktail dans les atriums des plus grands hôtels de Montréal dont Le Quatre-Saisons, le Reine Élizabeth, l’Hôtel Grand et bien d’autres.

En 1989, elle décide d’utiliser son talent pour réaliser son rêve de parcourir le monde et accepte un engagement au très réputé Hôtel Chosun de Séoul en Corée du Sud puis au Manilla Garden à Manille aux Philippines.

Ayant pris le goût du voyage et de la découverte, elle partira pour quelques années à bord de luxueux paquebots de croisière qui l’amèneront à faire le tour du monde ou du moins une grande partie.

Riche de cette expérience et de retour à Montréal Claudette se cherche de nouveaux défis.

En 2002, suite à une invitation de Régis Rousseau, directeur du FESTIVAL ORGUE ET COULEURS de Montréal, elle accepte d’animer les SOIRÉES D’IMPROVISATION À L’ORGUE, soirées où des organistes de musique classique et liturgique se font la compétition en improvisant sur des thèmes donnés. Claudette s’en donnera à cœur joie et rapatriera dans les églises les thèmes de hockey qui avaient fait sa popularité. Sa prestation donnant le ton et l’énergie à ces soirées, Claudette récidivera pour deux années consécutives.

En 2006, tirée à nouveau de la quiétude de sa retraite, par une demande se faisant de plus en plus insistante, Claudette Auchu a réuni sur CD les mélodies qui avaient fait sa popularité au temps où elle était organiste au Forum de Montréal.

Intitulé DANSONS, ce disque est une compilation de mélodies préférées du public tirées de deux de ses disques distribués il y a quelques années. LA FILLE DU FORUM, comme on aime l’appeler, expression qu’a reprise J.C. Laurence dans LA PRESSE (6 octobre 2005) celle qu’on a pu entendre autant à Montréal que sur plusieurs continents, vient à nouveau faire danser ou tout simplement faire plaisir à ses nombreux fans.

 

http://claudetteauchu.com