Baril, Lynda

** Membre régulier

Démarche artistique

L'artiste Lynda Baril utilise la pomme comme matière et les humains comme matériau de base. Sa pratique est d'ordre social, écologique et économique. Ses œuvres prennent la forme d'interventions sociales, d'installations performatives ou in situ. Elle va à la rencontre des gens afin de réfléchir, ensemble, aux questions qui traitent de problèmes communs.ravaillant à la fabrication d'une immense boîte à lunch (l'autobus) remplie de collations à la pomme, Lynda Baril a débuté une série de rencontres prenant la forme d'ateliers de transformation du fruit. Situé dans les locaux du centre d'artistes Grave à Victoriaville, son espace de création présente deux salles principales : le laboratoire servant à la production des collations d'art, des sachets remplis de diverses formes, retailles ou produits fabriqués à partir de pommes séchées, et la salle de perception où se font les expériences sensorielles et les tests de saveur à partir de pommes fraîches.

Lynda Baril s'inspire d'ailleurs beaucoup des actions de Normand Maurice, un des membres fondateurs du Centre de formation en entreprise et récupération (CFER) et père du recyclage à Victoriaville. On retrouve aussi un questionnement sur l'alimentation, sur l'emballage des produits ou sur l'industrie pharmaceutique et l'usage de médicaments qui ne cesse d'augmenter. Baril nous fait d'ailleurs remarquer que la pectine contenue dans la pomme est reconnue pour ses vertus thérapeutiques.

À ce jour, plusieurs participants ont déjà mis la main à la pomme. Une équipe de collaborateurs réguliers s'est jointe à l'artiste pour le développement de ce projet, notamment une étudiante en psychologie (Catherine Desautels), une étudiante au CFER (Sheena) et une vidéaste (Rachel Germain). À ce noyau de création, plusieurs autres collaborateurs se joignent régulièrement, dont un résident de la Maison Raymond-Roy (Pascal), des étudiants en soudure de l'école André-Morissette, une fermière (Madeleine Asselin), un tagueur (Étienne, dit Toubib), le Festival Jeunesse de Victo et des artistes qui créeront des œuvres à partir des 24 bancs d'autobus.

« La boîte à lunch, c'est l'enfant à l'école, c'est le travailleur en usine, c'est le pique-nique entre amis. Ça représente tout ça à la fois, ça englobe tout le quotidien. »

 

 

Contacter ce membre